Bayern – Lyon : Les notes

Ligue des Champions - Prolongations

Pour le premier article de Prolongations, retrouvez les notes des Lyonnais lors de Bayern-OL.

 

Ribéry voit rouge après une semelle sur Lisandro. (Photo BBC)

Lloris (5,5) : Il a été peu inquiété en première période, hormis sur le corner rentrant de Ribéry, seul tir cadré des Bavarois. La deuxième a en revanche été plus agitée : une frappe cadrée de Pranjic (48ème) et des frayeurs face à Müller (53ème), Robben (60ème) et Gomez (67ème). Puis le but de Robben, sur une frappe légèrement déviée par Müller sur laquelle il ne peut pas faire grand-chose… Bref, pas trop de quoi briller jusqu’à la 85ème minute et une belle frappe de Robben, encore lui, parfaitement détournée par l’international français. L’arrêt de l’espoir pour les Lyonnais.

Reveillère (6) : Très en vue en début de match sur le plan défensif, il a plutôt bien réussi à contenir les montées allemandes. Evidemment, après l’expulsion de Ribéry, il a eu moins de travail, et on l’a donc moins vu… Et comme la consigne semblait d’éviter au maximum de dépasser la ligne médiane, il a un peu disparu de la circulation.

Cris (7) : Le Policier était bien présent à l’Allianz Arena. Propre défensivement, sobre dans la relance, présent au duel, Cris a sorti sa panoplie de parfait défenseur central. Si on a eu peur pour lui dans un contact avec Muller (21ème) puis sur une faute de ce dernier (57ème), il a finalement tenu sa place jusqu’au bout. Et heureusement, sinon il aurait fallu faire entrer Cleber Anderson

Toulalan (5) : C’est certainement lui qui a couté un résultat positif aux Lyonnais. Impérial de la tête et dans la relance, on l’a même vu courir à la même vitesse que Robben. Une fois. Et puis il y a eu la 50ème minute. Cette fois-ci, pour avoir le Battave, la Toule a dû faire faute, ce qui lui a valu un carton jaune. Bim, absent au match retour. Rebelote 3 minutes plus tard pour une semelle en avant ; M. Rosseti n’attendait que ça pour sortir le carton rouge et ainsi rétablir l’équilibre. Et ça n’a pas manqué.

Cissokho (6,5) : Qu’on se le dise, Aly n’est pas le plus rapide des latéraux du monde. Pas le plus lent non plus. A Munich, l’ancien joueur de Gueugnon a bien réussi à maîtriser correctement Robben sur son côté gauche, il faut le dire bien épaulé par un Delgado des grands soirs. La deuxième période a été plus compliquée avec les montées de Lahm. Comme pour Reveillère, l’apport offensif a été presque inexistant, mais sans doute s’agissait-il des consignes de Puel. Dommage…

Källström (6,5) : Certainement le meilleur au milieu de terrain, utile dans la récupération et la construction, très propre techniquement, on l’a même vu allumer un pétard de 30m à la 43ème minute, obligeant Butt, l’inconstant gardien allemand, à effectuer un arrêt photo. Avec la descente de Toulalan en défense centrale, il a été le seul à avoir un impact physique au milieu.

Gonalons (4) : Aligné à la place de Toulalan en numéro 6, il s’est bien battu en début de match, mais a trop souvent laissé des espaces libres entre la ligne des milieux et la défense, comme à la 20ème minute sur un long ballon de Ribéry repris dans son dos par Robben. Après l’expulsion de Toulalan il a reculé en défense centrale pour dépanner, et s’il y a bien une chose qu’on peut dire, c’est que ce n’est pas vraiment son poste. Pas encore totalement au niveau Ligue des Champions…

Pjanic (4) : A part sur les coups de pieds arrêtés on ne l’a pas vu jusqu’à sa sortie. Dommage pour le joueur qui était censé être le piston du milieu de terrain lyonnais, et qui devait évoluer en soutien de Lisandro afin de servir de rampe de lancement aux contre-attaques de l’OL. Toujours trop tendre pour le haut niveau. Suite à l’expulsion de Toulalan, il a été remplacé par Makoun (53ème), qui n’a pas semblé rentrer dans le match, perdant même un ballon peu après son entrée (60ème) qui aurait pu se transformer en but de Robben.

Ederson (5,5) : Positionné en tant que milieu droit, Ederson avait avant tout pour consigne d’aider Reveillère à défendre sur Ribéry et Contento, et d’essayer d’exploiter les contre-attaques. Du coup difficile pour lui de vraiment briller, même s’il a pu se mettre en évidence sur une frappe déviée au dernier moment par Demichelis sur un corner mal renvoyé (27ème). Et pire encore pour lui, le jeu lyonnais a largement penché à gauche, avec la triplette Källström-Delgado-Lisandro… Il a été remplacé par Michel Bastos (71ème) que l’on n’a pas beaucoup vu. Il faut dire qu’à ce moment-là la possession de balle était montée à 70% en faveur du Bayern ; difficile dans ces conditions pour ce joueur de ballon de se mettre en évidence.

Delgado (7) : Une des satisfactions du match côté lyonnais. Quand on voit son niveau de jeu et son attitude sur le terrain à son arrivée en France, on se demande s’il s’agit bien du même joueur. A Munich, Delgado a été énorme que ce soit défensivement, en parvenant à contenir les montées de Lahm, ou offensivement, en combinant efficacement avec Lisandro. Et que dire de sa conservation du ballon, lui qui ne donne vraiment pas l’impression d’être un monstre physique ? Remplacé par Govou alors qu’il commençait à s’éteindre (78ème), auteur d’une belle frappe légèrement hors cadre à la fin du temps réglementaire.

Lisandro (5,5) : Très esseulé à la pointe de l’attaque lyonnaise, le moins que l’on puisse dire c’est que Lisandro n’a pas failli à sa réputation de combattant. On l’a vu exercer un pressing de tous les instants sur la défense bavaroise. Ses remises sont toujours justes, alors qu’il est souvent pris en tenaille. On l’a même vu venir défendre très bas dans son camp (il est à 30m de ses buts sur la faute de Ribéry qui vaudra à ce dernier un carton rouge), ce qui n’est pas forcément bon signe. Du coup, d’avoir beaucoup couru dans le vide, il a beaucoup marché en fin de match. Mais comment le blâmer ?

Côté Bayern, comment ne pas souligner la performance de Robben, insaisissable sur son côté gauche? Au niveau des autres joueurs offensifs Müller s’est bien battu, mais sans jamais vraiment faire la différence, Olic a été totalement transparent et Ribéry a vu sa semaine noire se poursuivre avec cette expulsion -assez sévère- à la 37ème minute. Au niveau des latéraux, après une première mi-temps en demi-teinte Lahm a fait parler la poudre, tandis que l’excellent Contento semble promis à un bien bel avenir, au Bayern comme avec la Mannschaft. Schweinsteiger a eu un peu de mal dans son rôle de milieu défensif, quand Pranjic n’a pas été meilleur. En bref des performances quelconques, comme pour les défenseurs centraux, Van Buyten et Demichelis. Quant à Butt, le gardien bavarrois, il n’est pas apparu très rassurant, alors même qu’il n’a rien eu à faire…

A très vite pour l’analyse du match.

Alex.

Publicités

0 Responses to “Bayern – Lyon : Les notes”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à Prolongations et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 3 autres abonnés

Les derniers tweets

Articles les plus consultés

Prolongations, les archives


%d blogueurs aiment cette page :