L’OM à une marche du titre!

Petite mais non moins important pause Ligue 1 au milieu du dossier Raymond Domenech : alors que l’Olympique de Marseille accueille Rennes à 21h avec pour objectif la victoire qui leur offirait leur premier titre de champion de France de Ligue 1 depuis 1992, retour sur les matchs de 19h.

 

Lisandro Lopez, buteur sur pénalty ce soir. (Photo Le Monde)

A 19h, la France du football avait forcément un œil sur le match OL-Auxerre, décisif à la fois pour l’attribution du titre, mais aussi pour la course à la Ligue des Champions. Le premier quart d’heure a été un enfer pour les Lyonnais, malmenés par le pressing de tous les instants des Auxerrois mais aussi par Jelen, qui se procurait des occasions dangereuses par deux fois. Une nouvelle fois, la troisième en 10 jours, Cris a été complètement pris en défaut dès la 5ème minute sur un ballon en profondeur pour Jelen (quel schéma de jeu étonnant pour les joueurs de l’AJA), qui voyait son ballon piqué rebondir sur la base du poteau droit de Lloris, pas malchanceux sur ce coup-là. C’était là le premier signe d’un match qui s’annonce alors difficile pour le capitaine lyonnais.

Pour clore ce premier quart d’heure, ce sont d’ailleurs les visiteurs qui vont concrétiser leur domination par Jelen, sur une magnifique erreur défensive de Reveillère, qui tente, sur les conseils d’un Cris là encore pas très inspiré de donner le ballon en retrait à Lloris ; pas assez forte, sa passe est interceptée par le Polonais, qui marque dans le but vide. Puis pratiquement rien, hormis peut-être cette tête à l’envers de Cris sur un coup franc de Pjanic, qui passait au-dessus de la cage de Sorin. Les Gones s’empêtraient dans la défense bourguignonne. Heureusement pour eux, les arrêts de jeu vinrent, et avec elle l’égalisation sur pénalty de Lisandro, suite à une faut de Pedretti sur Cissokho, pas évident au premier abord ; pourtant, en y regardant bien, jamais le milieu défensif auxerrois ne touche le ballon, alors qu’il déséquilibre nettement le joueur.

Regonflés par cette égalisation pratiquement inespérée, les Lyonnais vont alors revenir des vestiaires avec la ferme intention de faire plier la défense ajaienne : dès la 47ème minute, ils frappent même le poteau gauche de Sorin, sur un coup franc de Pjanic que personne n’avait pu toucher. C’est alors la deuxième fois que les Gones touchent les bois. Face à des joueurs d’Auxerre regroupés en défense avec le seul Jelen devant, le match tourne alors à l’attaque défense, sans pour autant que les Lyonnais n’arrivent à se montrer franchement dangereux, au contraire des Bourguignons qui profitent autant que possible des largesses de Cris notamment. Ainsi Contout, Birsa et Jelen se montreront menaçants. Pour autant, ce sont bel et bien les joueurs de l’OL qui vont finir par faire la différence dans ce match : suite à un centre dévié par Govou, Källström seul au deuxième poteau heurte le poteau de Sorin (encore), le ballon se retrouve ensuite dans les pieds de Cissokho qui centre fort devant le but, le portier ajaien boxe le ballon mais Pjanic peut la reprendre aux abords de la surface…

Avant de passer aux autres matchs, juste un petit mot sur quelques-uns des acteurs de cette rencontre. Côté lyonnais Cris n’a pas vraiment inspiré confiance et hormis sur quelques interventions et interceptions relativement faciles, il a été en difficultés. Makoun n’a pas toujours non plus été dans le ton, du moins pas au niveau de Källström, qui l’a remplacé. Lisandro, fidèle à sa réputation, a couru partout et intelligemment participé au jeu, combinant souvent avec un Cissokho dont le jeu est un peu stéréotypé (je cours/je centre) et la qualité de centre laisse souvent à désirer… Côté AJA, Pedretti a fait son match, efficace et précis dans la transmission, mais son jeu direct avec Jelen, qui a été très remuant, manque un peu de variété. Contout n’est pas vraiment au niveau et fait pas mal de mauvais choix, tout comme Oliech, qui est tout sauf un joueur de foot : il court comme un Kenyan, mais il est pratiquement incapable d’effectuer une passe ou un contrôle de qualité… Enfin derrière Grichting-Coulibaly, c’est du sacrément solide !

Dans les autres rencontres programmées à 19h, Montpellier est allé s’imposer sur la pelouse de Sochaux sur un but de la tête de leur excellent meneur de jeu Tino Costa, suite à un match qu’ils auront globalement dominé du début à la fin. Lille s’est quant à lui imposé sur la pelouse d’un TFC à la rue complet en cette fin de saison, via des réalisations de Cabaye, de plus en plus décisif, et Obraniak, qui permettent au LOSC d’occuper ce soir la position de dauphin des Marseillais, avant le match en retard de l’OL face à Monaco mercredi. Enfin, toujours dans le haut du classement, nouvelle déception pour Bordeaux, tenu en échec à Nice ; les Aiglons avaient ouvert le score sur une grosse frappe de Fae suite un très beau décalage en 3 passes, avant que Wendel n’égalise et ne limite la casse pour le FCGB, désormais 6ème et qui vit lui aussi une fin de saison difficile.

En bas du classement pas de surprise, et c’est officiel depuis ce soir : Le Mans, Boulogne et Grenoble évolueront en Ligue 2 la saison prochaine. Les joueurs du MUC72 se seront livré un beau duel avec des nancéens qui avaient à cœur d’offrir un beau match à leur public, et auront plié sous les coups de Julien Feret, auteur de 2 buts et une passe décisive. Dossevi, auteur d’un but et d’une « passe décisive » (sa frappe a été renvoyée par le poteau) pour Maïga aura lui aussi fait le boulot, insuffisant toute fois. Boulogne a de son côté perdu tout espoir ce soir, battu en toute fin de match par son adversaire direct pour le maintien, Saint-Etienne, libéré par un but en contre-attaque du jeune Rivière. Lens et Grenoble ont eux fait match nul 1-1 dans un match agréable, Maoulida répondant à l’ouverture du score de Courtois pour les visiteurs, Courtois qui verra également son pénalty arrêté par le portier nordiste.

Enfin au milieu de tableau, Valencienne est allé ramener le point du match nul du Parc des Princes en égalisant à la 93ème minute, sur une erreur d‘appréciation d’Edel qui laisse passer le ballon sur un centre à ras de terre, et que Ben Khalfallah n’a plus qu’à pousser dans le but vide. C’était pourtant le PSG qui avait mené au score par deux fois dans cette rencontre, toujours sous l’impulsion d’un Makélélé au sommet de sa forme (depuis le coup d’envoi de la finale de la Coupe de France en tout cas), par deux fois rampe de lancement, sur les buts d’Erding (passe décisive) et de Kezman. Malheureusement pour les Parisiens, Bong va égaliser pour les joueurs du VAFC, avant l’épisode déjà mentionné des arrêts de jeu. En tout cas, drôle de fin de saison pour les joueurs de la capitale… Enfin dans le dernier match, Lorient et Monaco se sont séparés sur un score de 2-2, avec une performance impressionnante du buteur de poche Kévin Gameiro, auteur d’une passe décisive et d’un but, son 16ème cette saison. Avant de s’envoler vers d’autres cieux la saison prochaine ?

A 21h, Marseille reçoit Rennes, avec la possibilité d’être sacré champion dès ce soir en cas de victoire face aux Bretons… Rien ne va plus, faites vos jeux !

Alex.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à Prolongations et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 3 autres abonnés

Les derniers tweets

Articles les plus consultés

Prolongations, les archives


%d blogueurs aiment cette page :