L’Atletico Madrid remporte l’Europa League

Les Anglais de Fulham et les Espagnols de l’Atletico Madrid s’affrontaient ce soir à Hambourg en Allemagne en finale de la première édition de la Ligue Europa. Retour sur cette finale, qui aura couronné les Colchoneros à l’issue des prolongations.

 

Avec deux buts au compteur, Diego Forlan a été le bourreau des joueurs de Fulham ce soir. (Photo L'Equipe)

Qu’on se le dise, il n’y a pas que le Monégasque Diego Perez en équipe d’Uruguay. Oh que non… Il y a surtout un grand attaquant, blond, qui joue à l’Atletico Madrid, l’autre club de la capitale espagnole. Et ce soir, en finale de la première édition de la Ligue Europa face à Fulham, il a donné la victoire à son équipe, comme il lui avait donné la qualification face aux Reds de Liverpool il y a maintenant pratiquement 15 jours… Ce soir, l’ancien buteur de Villareal et son sous-marin jaune a inscrit un doublé, synonyme de victoire pour les Colchoneros, au bout des prolongations, après près d’un demi-siècle de disette (le dernier titre européen des Madrilènes remontait à la victoire en finale de la Coupe des Coupes 1962). On est alors à la 115ème minute : servi par Agüero, Diego Forlan surgit et trompe Schwarzer, le gardien australien de Fulham d’une magnifique Madjer. Le stade exulte (ou du moins la moitié des 49000 spectateurs), le buteur aussi. C’en est fini des rêves d’Europe du petit poucet anglais, malheureux de n’avoir pas su concrétiser sa forte période de domination durant la première moitié de la seconde période.

Honnêtement, le match avait assez mal commencé pour eux, totalement dépassés par les capacités techniques de l’équipe madrilène (Simão, Agüero, Reyes), qui multipliait le jeu au sol et les passes courtes, trouvant souvent l’ouverture au sein d’un bloc défensif bien en place mais parfois un peu statique ou maladroit, selon les moments. Etuhu par exemple, très bon en deuxième période, a mis un temps fou à entrer dans cette finale, au point même qu’il aurait pu coûter le match à son équipe bien avant que les deux équipes ne rentrent aux vestiaires à la mi-temps. En effet, le premier quart d’heure de jeu du Nigérian était un fiasco total : peu présent au duel, maladroit dans ses transmissions, multipliant les fautes et les pertes de balles, il semblait totalement dépassé à la fois par l’enjeu, mais aussi par le jeu développé par le milieu de terrain espagnol. Du coup, face à la timidité de l’équipe anglaise, ce sont les joueurs de l’Atleti qui vont faire le jeu, les Londoniens évoluant en contre avec le massif Bobby Zamora, avec en soutien le Hongrois Zoltan Gera, qui n’était pas là pour faire rire (pour rester dans le ton des commentaires affligeants de M6). Et les occasions n’ont alors pas tardé à arriver : un poteau de Forlan (11ème), un coup franc de Reyes (15ème) et une frappe de Forlan au-dessus (22ème) auxquels Fulham a timidement répondu via son meneur de jeu hongrois qui a tenté d’imiter Zinedine Zidane face à Leverkusen (16ème) et via Simon Davies (20ème) sans jamais être trop dangereux.

Et les joueurs anglais vont alors le payer cash à la demi-heure de jeu : Reyes décale Simão qui joue le une-deux avec Agüero dont la reprise ratée atterrit dans les pieds de l’Uruguayen Forlan, déjà lui, qui ouvre le score. C’est d’ailleurs le moment de faire un point « commentateurs ». Sur M6, le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ne sont pas bons, ça ce n’est pas nouveau. Mais entre le coup de pub pour le blog de Thierry Roland qui tombe comme un cheveu sur la soupe, les blagues vaseuses du style « Damian Duff a un frère John, John Duff » (jaune d’œuf pour ceux qui n’auraient pas l’esprit suffisamment aiguisé), et les noms écorchés (« but de Furlan », oui, Jean-Marc Furlan) ça manque vraiment de professionnalisme… Enfin bref, il est trop tard pour changer ce bon vieux Titi, revenons donc au jeu. L’avantage durement acquis par les Espagnols ne va pas durer longtemps, contrairement à ce que l’on aurait pu penser : 5 minutes plus tard, suite à un travail un peu grossier de Zamora, la tour de contrôle londonienne, Gera centre pour Simon Davies, lui aussi buteur en demi-finale face à Hambourg, qui égalise. Un partout, tout est à refaire, et les Madrilènes le savent : ils vont alors dominer le match jusqu’à la mi-temps, sans jamais réussir à marquer.

La deuxième période partira sur un tout autre rythme, les joueurs de Fulham prenant alors les devants dès l’engagement : ils vont alors dominer franchement, avant d’atteindre un paroxysme à l’heure de jeu, sur une frappe de Davies, encore lui, suite à un ballon mal renvoyé par la défense madrilène. Malheureusement pour les joueurs au maillot noir, De Gea s’interpose. Le match va ensuite baisser en intensité, et les équipes vont commencer à attaquer chacune leur tour, sans jamais réussir à se créer d’occasion de but très dangereuse. C’est donc lors des prolongations qu’il faudra éventuellement faire la décision, et c’est à ce moment que les joueurs de l’Atleti font se créer les occasions les plus franches : Agüero à côté (105ème), reprise de Forlan (110ème). Ces deux actions n’étaient en fait que des tirs de semonce, puisque c’est finalement à 5 minutes du terme que Forlan délivre les siens, comme en demi-finale. Au final on n’aura certainement pas assisté à la plus belle finale d’Europa League de l’histoire, mais au moins, les joueurs de Fulham n’auront pas été ridicules comme certains pouvaient l’annoncer avant le match : dans leur 4-4-1-1 ultra-défensif à la base et avec les joueurs qui sont les leurs, il leur était certainement difficile de faire mieux… Ils n’ont donc pas à pâlir de leur prestation. En espérant qu’ils en aient bien profité…

Alex.

Publicités

3 Responses to “L’Atletico Madrid remporte l’Europa League”


  1. 1 Félix mai 13, 2010 à 1:55

    J’ai maté le match à moitié (corvée de cuisine, la dure vie en couple), mais sur ce que j’ai vu, je suis quasiment totalement d’accord avec toi.

    Fulham était techniquement bien plus faible que l’Atletico, et n’avait pas vraiment d’autre choix que de bétonner, d’autant qu’en face, seul Forlan (et de rares fois Aguero) était réellement capable de créer le danger, contrairement à Simao et Reyes, qui tripotent bien le ballon mais n’en font pas grand chose à l’arrivée.

    D’ailleurs, ça confirme bien ce que je pense depuis le tirage, on a de quoi flipper avec l’Uruguay au mondial. Le duo Forlan-Suarez est alléchant, faudra être costaud pour s’en sortir.

    Au niveau des commentaires m6, j’ai l’impression que c’est de pire en pire. Au delà des jeux de mots bidons (j’ai été quand même déçu de pas entendre « la moutarde Zamora »), la prononciation calamiteuse de Roland devient insupportable (A gay rot). Sans oublier l’auto promo d’un quart d’heure pour le blog (dont tout le monde semble se foutre) de Thierry Roland, mais aussi sur les rappels toutes les 10 minutes que la Nouvelle Star était demain (comme pour dire, dsl pour cette finale moisie, on a payé les droits, faut rentabiliser).

    Sinon j’ai été content de voir que t’avais placé mon blog dans tes lecture régulière (on a beau faire ça par passion, c’est toujours sympa de savoir qu’on écrit pas dans le vide), je découvre le tien que je trouve vachement sympa tant au niveau du design (empafé je maitrise WordPress comme une brêle moi) que du contenu (ouais, y a pas que la forme), sympa !

    Ps : Juste pour faire le connard qui rectifie l’article que tu t’es fait chier à écrire, c’est plus un extérieur du pied qu’une Madjer sur le second but de Forlan.

    • 2 Alex mai 13, 2010 à 4:20

      Je suis d’accord avec toi sur le coup de la Madjer, j’ai réemployé le vocabulaire M6… Après au niveau M6, ben c’est M6, ya pas grand chose à dire de plus et encore je crois qu’on a du bol parce que l’OM n’était pas en finale, sinon Ferreri aurait été horrible! Mais bon comme je le dis, il est trop tard pour changer Roland, et donc il continuera à nous rendre malade à coup de mauvaises prononciations (j’ai bien aimé Chimao, Achounechao et donc bien évidemment Aguérot et Furlane). Menfin, les mauvaises langues diront qu’au moins maintenant il connait le nom de certains joueurs…

      Quant à mon blog merci, sache que je lis le tien tous les jours, je trouve intéressant d’avoir des avis un peu plus marqués que la simple lecture des journaux, ça évite de penser comme un mouton, et c’est aussi ce que j’essaie de faire (même si j’ai cru voir qu’on était pas d’accord sur tout). Et effectivement comme tu le dis ça fait du bien de savoir qu’on écrit pas dans le vent! Je passerai laisser un commentaire sur ton blog dès que l’occasion se présentera, je dois avouer que là je suis un peu en overbook, j’ai pas le temps de lire et de commenter, mais ça devrait se décanter assez vite!

      Au plaisir!


  1. 1 Le top 10 des événements de mai 2010 « Prolongations… Rétrolien sur juin 2, 2010 à 11:26

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à Prolongations et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 3 autres abonnés

Les derniers tweets

Articles les plus consultés

Prolongations, les archives


%d blogueurs aiment cette page :