Laurent Blanc sélectionneur de l’Equipe de France

Equipe de France de Football - Prolongations

C’était un secret de polichinelle pour toute la France du foot : Laurent Blanc sera le prochain sélectionneur de l’équipe de France. Officialisation prévue le 20 mai selon la FFF.

 

Tout le monde s'en doutait : Laurent Blanc sera le prochain sélectionneur de l'équipe de France. (Photo Panoramic)

Il n’y a pas si longtemps, on parlait sur ce blog des différents prétendants à la succession de Raymond Domenech, avec une conclusion en deux parties : soit Laurent Blanc dit oui et alors ça sera lui, soit il ne dit pas oui et il faudra bien trouver quelqu’un d’autre, et il y a alors des chances qu’il s’agisse d’un second couteau… Aujourd’hui, et alors que le coach bordelais nous fait croire depuis 6 mois qu’il n’a pas encore pris de décision (il y a 6 mois peut-être, mais il y a 3 jours j’en suis moins sûr), le site internet de l’Equipe révèle qu’il sera le prochain sélectionneur des Bleus dès la fin de la Coupe du Monde en Afrique du Sud. Quelle surprise ! Le côté marrant de cette annonce c’est que c’est Deschamps, son meilleur ami, qui l’a faite à demi-mots, alors même qu’on lisait le matin même que Laurent Blanc allait dire au revoir à ses joueurs dimanche matin, sans pour autant savoir si cela allait être un « au revoir, passez de bonnes vacances et on se voit à la reprise » ou un « au revoir j’ai trouvé un nouveau challenge à l’échelon supérieur ». J’espère que les deux amis s’étaient consultés avant, sinon on n’est pas prêts de voir un Marseillais en équipe de France

Cette nouvelle est bizarre. Bizarre parce que tout le monde le savait déjà, et que l’on s’étonnait que cela traine à ce point, du moins du côté du Président. Bizarre aussi parce que vu les récentes performances de Bordeaux, Lolo a commencé à essuyer certaines critiques de la part des journalistes, qui lui reprochent parfois de ne pas être encore prêt pour les Bleus. Ce qui est intéressant, c’est le fait que les journalistes –et même les supporters des Bleus- ont longtemps fait l’union sacrée autour du successeur de Domenech : on lui pardonnait tout, justement parce que tout était mieux que Domenech. Il était censé être le sauveur des Bleus. On ne tarissait pas d’éloges sur celui qui progresse plus vite que son ombre, et qui sera passé du DEPF à l’équipe de France plus vite qu’il ne faut pour le dire. Jusqu’à peu, Blanc était l’homme à qui tout réussit : de grand joueur il était en train de devenir un grand entraineur. Mais ça, c’était avant le drame bien entendu… Comme la probable proposition de contrat que lui aurait fait Escalettes en janvier, elle aussi avant le drame : si Bordeaux n’avait plus gagné un match et que le président Triaud avait décidé de virer Blanc, la France entière aurait encore eu l’air fine.

Laurent Blanc est toujours un grand entraineur, certainement. Faire ce qu’il a fait avec Bordeaux est signe d’un grand talent, et d’un peu de réussite (mais comme le disait Pasteur, la chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés). Etre champion de France avec Ramé, Fernando, Gouffran et pléthore de joueurs qui avaient alors jusqu’ici eu du mal à montrer leur vrai talent n’est pas chose aisée. Bien en place jusqu’en décembre, son équipe, pratiquement inchangée, a alors eu du mal à rester dans le rythme d’un second titre qui lui était promis. La faute aux joueurs pour Blanc le manager, qui n’avait pourtant pas jugé nécessaire d’ajouter un peu de sang neuf à cet effectif qui s’est avéré au final être très pauvre en terme de profondeur : personne pour suppléer efficacement Gourcuff, Diarra ou Chamakh, qui ont alors dû s’épuiser à tenir cette équipe à bout de bras. Et voilà ses premières difficultés qui arrivent, et certains qui commencent à critiquer son style, trop managérial, sa communication, trop tournée vers ses joueurs, ou sa vision du jeu, évidente pour lui, compliquée pour des joueurs qui ne sont pas des grands joueurs.

Pourtant une chose est certaine, la France entière sera derrière lui quand il prendra ses fonctions. Son nom sera acclamé et le réalisateur du Stade de France pourra enfin filmer à nouveau l’entraineur français sans risquer une bronca… Une autre chose est certaine, aujourd’hui est mieux qu’hier pour Laurent Blanc, déjà candidat en 2004, et qui n’aurait jamais réussi à être un bon sélectionneur avec les restes de France 98 qui jonchaient l’équipe encore à l’époque, et qui a forcément tiré de nombreux enseignements de ses 3 belles années dans l’estuaire de la Gironde. Donc peut-être le moment est-il effectivement venu pour lui, même si on ne sait pas s’il est vraiment un « constructeur », là où d’autres avaient certainement plus d’expérience que lui. Si Blanc échoue, la fédération version Escalettes aura tout gâchée, car elle sera entièrement responsable, responsable de n’avoir pas remplacé Domenech (qu’on l’aime ou pas ce sont les faits) en 2008 pour mettre à la tête des Bleus quelqu’un capable de prendre en main la reconstruction et la transition du groupe France en vue de la Coupe du Monde 2010, quelqu’un capable de gérer et de tirer le meilleur de cette soi-disant brillante génération 87. Quelqu’un de compétent, que l’on aurait pu alors remplacer par un autre homme, Laurent Blanc, qui aurait alors fait acte de deuxième étage de la fusée bleue, rôle dans lequel il est certainement meilleur. Mais c’était certainement trop demander…

En attendant, rendez-vous lors de l’officialisation pour être fixés noir sur blanc, puis dans deux ans pour voir le résultat. De toute façon maintenant on le sait, on risque de remettre la position en jeu tous les deux ans ; au moins une chose de bien apportée par Domenech diront ses détracteurs…

Alex.

Publicités

4 Responses to “Laurent Blanc sélectionneur de l’Equipe de France”


  1. 1 Félix mai 14, 2010 à 1:13

    Ce qui est bien marrant, c’est que la Fédé préparait cette annonce fièrement depuis des mois, se disant que l’arrivée de Lolo Blanc allait ravir tout le monde.

    Sauf que depuis quelques temps, la « Hype » Blanc est un peu tombée. Résultats en chute libre, mauvaise gestion du groupe, il n’est plus cet entraineur parfait à qui tout réussit.

    Il n’empêche que ça sera toujours infiniment mieux que Le Ray, qui a vraiment tout saccagé depuis qu’il est à la tête des bleus. Même sous Santini, regarder un match des bleus était un plaisir, on attendait impatiemment le match toute la journée (en tout cas moi oui).

    Aujourd’hui, regarder les bleus est une souffrance. J’ai beau dire à la fin de chaque match « c’est fini, j’en ai marre, je regarde plus tant qu’il s’est pas barré », je regarde le suivant avec le même espoir et la même déception.

    Raymond a rendu l’Equipe de France totalement impopulaire, tant pour la masse que pour les footeux, mais a surtout totalement échoué dans ce fameux travail de transition qui était le sien. Il était venu en partie parce qu’il savait travaillait avec les jeunes (sélection espoir), afin de mettre en place la nouvelle génération. Sauf qu’en essayant de sauver son cul en rappelant les anciens, il a empêché cela trop longtemps, au point que je me demande si 2006 n’était finalement pas un bien pour un mal

    • 2 Alex mai 14, 2010 à 1:52

      J’ai eu un peu de mal au début avec les choix de Raymond quand il a essayé de nous emmener à l’Euro avec l’équipe des espoirs et en nous faisant jouer dans un 3-5-2 digne des équipes allemandes du milieu des années 90, mais je dois avouer que j’attendais les matchs de Bleus avec impatience jusqu’après la Coupe du Monde 2006… Je crois aussi que ce qui créer l’envie avec Santini, et ce qui a continué à la créer au début de Raymond ce sont les joueurs, ce qui n’est plus le cas depuis la « retraite des cadres ». Mais bon statistiquement Santini était un très bon sélectionneur (meilleur que communiquant et commentateur en tout cas), et rien ne laissait présager la déroute de 2004 (et encore ce fut une déroute sobre). En fait le seul gros problème de Santini c’est qu’il n’était là que grâce à sa saison avec Lyon…

      Les Bleus de Domenech je les ai vu je pense une dizaine de fois au Stade de France en 3 ans, et je dois avouer que je n’y ai jamais vu de jeu, mais je dois aussi avouer qu’il m’est arrivé de remettre en cause l’entière responsabilité de Raymond, notamment les fois où il sélectionnait objectivement tous les meilleurs joueurs disponibles à ce moment-là et qu’il les faisait jouer dans un système qui n’était pas non plus extravagant et qui permettait de mettre tous les meilleurs en même temps sur le même terrain. Je pense sérieusement que la faillite de Raymond est en partie une faillite des joueurs tout simplement parce qu’aujourd’hui on a des joueurs qui ne sont pas tous au niveau qu’il faudrait pour évoluer en Bleus ou alors qui n’ont pas en Bleus leur rendement de club : Sagna n’a jamais fait un bon match, Evra est à des années lumières de Manchester, Mexès et Escudé n’ont été que l’ombre d’eux même, Benzema n’a jamais confirmé, Nasri a du mal également…

      Et enfin, la faillite Raymond, c’est la faillite de toute la fédé, Escalettes et Le Graet en tête… Mais ça tout le monde le sait! En tout cas ça ne m’empêchera pas de regarder la Coupe du Monde, parce qu’il y a ceci de magique dans ma tête que je crois toujours qu’il peut y avoir un miracle, au moins dans le jeu…

    • 3 Alex mai 14, 2010 à 1:56

      Et autre chose, je suis d’accord avec toi sur 2006 un bien pour un mal, mais quand on voit les joueurs à la disposition du groupe France au début de la campagne de qualifs pour l’Euro, j’ai du mal à penser que l’on aurait pu faire quelque chose avec ça… Je te laisse méditer ça sur la compo du premier match de Raymond, France-Bosnie, une compo qui fait rêver :

      Barthez – Gallas, Squillaci, Abidal – Mendy, Mavuba, Pedretti, Rothen, Evra – Henry, Luyindula

  2. 4 Félix mai 14, 2010 à 2:37

    La vache, je me souvenais plus de cette compo improbable, si ce n’est que Luyindula avait planté.

    C’est évident que les joueurs n’ont jamais su montrer toutes leurs qualités en bleu, mais après n’est ce pas à Raymond d’exploiter toutes leur qualité (tactiquement comme psychologiquement)?

    Quand on voit le cas Mexès, qui a attendu toute sa carrière pour passer titulaire, avec toute la pression négative que cela impliquait, je trouve ça plutôt mal joué. Résultat il a été jugé sur un match (même s’il est vrai qu’il n’est plus titulaire aujourd’hui à la Roma).
    Concernant les Evra, Benzema et même Anelka (qui est globalement dégueulasse en bleu), j’ai du mal à expliquer leur niveau.
    Evra m’a toujours déçu en bleu, au point que je considère qu’Abidal (que je déteste) apporte plus que lui dans le couloir, le soucis me semble mental, ce que je trouve bizarre pour un titulaire à Man.U.

    Benzema après des début prometteurs s’est totalement éteint. Il a très mal vécu le fait d’être envoyé sur le banc au milieu de l’Euro 2008, et s’est depuis trompé de combat. Il me rappelle les problèmes de Ben Arfa en début de saison, qui voulait prouver qu’il était fort sur chaque ballon touché (et du coup se vautrait lamentablement), il a besoin de retrouver de la confiance en lui, ce qui dans le climat actuel me semble très compliqué.

    Concernant Anelka, j’ai l’impression qu’il n’en a pas grand chose à foutre de l’EDF. C’est un peu comme certains gars qui jettent leur copine quand elles sont avec eux, mais qui pleurent quand elles ne veulent pas revenir.

    Alors après, est ce que tous ces soucis au niveau mental sont à imputer à Raymond? En partie, car il n’a pas su mettre en place nos joueurs d’avenir dans les meilleures conditions, leur donnant trop de pression tout de suite (Benzema leader de l’attaque des bleus à 20ans, c’était hard).

    En y repensant, t’as surement raison sur l’après 2004, la génération était trop faible pour prendre le pouvoir, mais il y aurait dû avoir un juste milieu, à savoir ne pas attendre que Thuram, Gallas, Vieira et Henry soient totalement cramés pour mettre en place les nouveaux avec toute la pression que cela représente, car au final, il est plus facile pour des nouveaux de s’imposer dans une équipe qui tourne que dans une équipe ou rien ne va (avec la pression des résultats qui en découle).

    Mais Raymond ne reste qu’en partie responsable de tout ça. Comme je le disais dans un post il y a quelques semaines, il faut savoir faire le deuil de la génération 98-2000 et passer à autre chose. De tout temps, l’équipe de France a vécu des fins de cycle, et il a fallu attendre 5,10 voire 20 ans pour avoir une autre belle génération. C’est triste, mais cela nous permettra peut-être à revoir notre système de formation (et nos institutions en général), qui créer un trop grand nombre de joueurs stéréotypés, plus aptes à l’athlé qu’au foot.

    Quoiqu’il arrive, comme tu le dis, les responsable sont évidemment Escalette et Le Graet (voire Platini), qui devront eux aussi payer pour ce fiasco général, ce dont je doute.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à Prolongations et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 3 autres abonnés

Les derniers tweets

Articles les plus consultés

Prolongations, les archives


%d blogueurs aiment cette page :