Du rire aux larmes…

La dernière journée de Ligue 2 est l’occasion rêvée de parler un peu de ce championnat atypique dans lequel les « grands » sont souvent à la peine, et les « petits » plus à la fête.

 

Nantes et Strasbourg, deux grands clubs français à la dérive en Ligue 2 cette saison. (Photo Ouest-France)

Ce soir a lieu la 38ème et dernière journée de Ligue 2, pleine d’enjeux tant au niveau de la montée en Ligue 1 (4 clubs peuvent encore y croire) que de la descente en National (4 clubs peuvent encore y tomber). Pour dire cela, il suffisait de jeter un œil au classement. Et pour la première fois de la saison, ce classement a eu quelque chose de surprenant : sur les 10 clubs de la deuxième moitié de tableau, 6 font partie de l’histoire de la Ligue 1 (7 même si l’on inclut Chateauroux). Autant le dire, la Ligue 2 est un véritable cimetière des éléphants…

Tout d’abord une chose est sûre depuis la semaine passée, Bastia évoluera la saison prochaine en National. Oui, le SC Bastia, un club qui a été en finale de la Coupe UEFA en 1978, qui a remporté la Coupe de France en 1981, qui a passé 29 années au sommet du football français et qui a accueilli en son sein de nombreux grands joueurs (Essien, Laslandes, Alou Diarra, Rool, Hadji, Jurietti, Karembeu …). Le divorce est consommé avec les supporters qui désertent l’emblématique Stade Armand Cesare Furiani. 4 entraineurs en 2009 (Casoni, Anziani, Padovani et Hadzibegic) n’auront pas suffi à sauver le club, malgré de bons résultats en 2010.

Ensuite, si l’on regarde bien, 2 autres « grands » (comprendre ex-clubs de L1) se battront ce soir pour ne pas accompagner l’illustre club Corse à l’échelon inférieur : Guingamp et Strasbourg. Le Racing, et ses 56 saisons en première division, est descendu en L2 à l’issue d’une saison 2007-2008 ratée où les Alsaciens avaient fini 19èmes avec 35 points. L’an passé, les Strasbourgeois avaient même failli remonter immédiatement, mais une défaite au Stade de la Mosson à Montpellier lors de la 38ème et dernière journée aura eu raison de leurs espoirs : ils échoueront au pied du podium, confirmant ainsi la statistique qui dit qu’un seul des clubs relégués de Ligue 1 ne parvient à remonter l’année suivante. Quant à cette saison, tout le monde préfèrera l’oublier en cas de maintien : plusieurs changements de présidents et d’entraîneurs auront conduit à des performances sportives médiocres, qui obligent le club alsacien à se battre jusqu’au bout du championnat pour sauver sa peau, et espérer repartir de plus belle l’année prochaine. Ce soir, seule la victoire les assurera du maintien.

Du côté breton, on n’a passé que 7 saisons en première division. A priori, pas si extraordinaire que ça, sauf que Guingamp c’est moins de 8000 habitants. Le village du coin. Avec un grand club de foot. Et un grand stade de 18000 places, le Stade de Roudourou, qui peut accueillir pratiquement la totalité des habitants de la communauté de communes. L’ancien club de Malouda et Drogba est descendu en Ligue 2 il y a déjà 7 saisons (2003), mais le club a toujours fait parler de lui, parfois via son emblématique et parfois agaçant président Noël Le Graët (le match des Bleus à Guingamp, c’est lui), parfois sur le terrain, notamment avec la Coupe de France remportée face à Rennes en 2009, qui leur vaudra une petite épopée en Europa League cette saison. Ce soir les Bretons ne sont pas maîtres de leur destin : il leur faut impérativement gagner et espérer que Châteauroux et Strasbourg ne fassent pas match nul et que Vannes ne perde pas à Metz. Beaucoup de conditions, mais toujours de l’espoir…

Restent encore 3 clubs, dans le ventre mou de cette Ligue 2 si rugueuse, et dont les équipes au profil Ligue 1 ont parfois du mal à sortir (en témoigne le parcours de Montpellier ces dernières années par exemple). Deux d’entre eux sont des monuments, des vrais. Nantes. Et Le Havre. Un total de 69 saisons au sommet du foot français pour ces deux clubs qui peinent à retrouver de leur superbe, eux qui ont été relégués ensemble la saison passée (19èmes et 20èmes) et qui font l’ascenseur depuis le début des années 2000. Pire encore côté nantais, où rien ne va plus : vendu en 2008 à l’homme d’affaire Valdémar Kita, le club est en pleine déperdition, avec un effectif bouleversé d’une année sur l’autre (souvent par des transferts incompréhensibles), une perte des valeurs (et notamment du fameux jeu à la Nantaise), une formation en panne alors qu’elle produisait les grands joueurs en série dans les années 1990 (Deschamps, Desailly, Karembeu, Peydros, Ouédec…), un divorce plus que consommé avec les supporters… Un autre ancien club de L1 trône dans ce ventre mou, l’AC Ajaccio, 10 saisons parmi l’élite et qui souffre depuis sa relégation en 2006, ne parvenant pas à s’extirper du milieu de classement.

Enfin, pour terminer sur une note plus heureuse, le haut du classement fait plutôt, lui, souffler un vent nouveau sur le foot français notamment grâce au petit club du Sud qui monte, Arles-Avignon, et son capitaine, le revenant Sébastien Piocelle, un ancien Canari qui s’est égaré, comme bon nombre de ses coéquipiers d’alors. Ce soir, le club, qui évoluait en National la saison passée, pourrait bien accéder à la Ligue 1, au nez et à la barbe du grand FC Metz, et ainsi rejoindre Caen et Brest. Rien de plus « simple », il suffit de l’emporter face à Clermont (5ème), également en course pour la montée. Et s’il faut l’emporter, c’est parce que Metz joue lui face à Vannes (16ème), dans un match a priori plus facile, même si ces derniers vont vouloir aller chercher le maintien. Un dernier club est concerné par la montée ce soir, Angers, mais il s’agira pour eux d’une mission impossible : gagner largement, tout en espérant que leurs adversaires direct fassent un résultat totalement inverse. Bref, impensable…

Rien ne va plus, faites vos jeu, et on verra après !

Alex.

PS : Pour tous les amoureux du FC Bastia, ou tout simplement ceux qui cela intéresse, un très bon article sur l’avenir du club, publié dans Corse Matin. Pour tous ceux qui veulent rire un peu aux dépends de Guingamp, un petit article du Connard Déchainé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à Prolongations et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 3 autres abonnés

Les derniers tweets

Prolongations, les archives


%d blogueurs aiment cette page :