L’Euro 2016 se jouera en France

Le dossier français a été choisi ce matin par les treize membres de l’UEFA pour accueillir le championnat d’Europe des nations de football de 2016. Sans trop de surprise, la France a devancé d’une petite voix la Turquie au second tour du vote.

 

Michel Platini l'a annoncé aujourd'hui à Genève : la France organisera l'Euro 2016 de football. (Photo Reuters)

Honnêtement, on en a tous rêvé. Pour la génération née dans les années 80, c’était l’envie folle de revivre 1998. Pour la génération de leurs parents, celle de revivre 1984. Zidane contre Platini. Coupe du Monde contre Championnat d’Europe des Nations. Mais deux points communs : la France et la victoire. Aujourd’hui, c’est chose faite, et c’est maintenant la génération 2000 qui aura la chance de participer, « pour de vrai », à l’un des plus beaux événements du football, en tout cas l’un des plus disputés. Ce ne seront pas les petits Italiens, éliminés au premier tour du vote. Ce ne seront pas non plus les petits Turques, qui ont vu leurs espoirs s’envoler au second tour pour une seule minuscule voix (7 contre 6). Et comme un symbole, c’est Michel Platini, le capitaine de France 84, qui a annoncé le verdict : France. Un bon moyen d’effacer les récentes déconvenues de Paris dans la course aux Jeux Olympiques de 2008 (Pékin) et 2012 (Londres). Alors certes, ça n’a pas le même impact dans le monde, mais commençons par être les premiers dans notre village avant de vouloir être les premiers à Rome… Pour la Turquie en revanche, c’est encore un échec, après les candidatures infructueuses à l’organisation des Euros 2008 et 2012.

Comme après toutes les victoires, tout le monde fait du vainqueur son favori du départ, mais force est de constater que jusqu’à hier encore, la candidature française tremblait face à la turque, et ressassait ses précédents échecs. Au point que même le président de la République Nicolas Sarkozy avait fait le déplacement à Genève pour défendre notre dossier. Certains y verront certainement un moyen de politiser l’événement, mais n’oublions pas qu’il est avant tout un supporter du PSG et de l’équipe de France… Alors certes, il a évoqué un moyen de sortir de la crise, un moyen de mobiliser le pays derrière quelque chose de fort, mais n’est-ce pas la réalité ? Et n’oublions pas non plus que l’obtention d’une compétition de ce genre est aussi l’occasion de rénover les stades et les infrastructures de transport, avec un impact certain sur l’économie (ah, la relance par les grands travaux, où comment le football résout tous les problèmes de chômage et de production). Car oui, nous allons avoir de nouveaux stades, nous pauvres supporters qui nous plaignons sans cesse de la vétusté de nos installations : fini le Stadium Nord de Villeneuve d’Ascq qui sera remplacé par un stade HQE de 50000 places à la pointe de la technologie, fini Chaban-Delmas qui sera remplacé par un stade contenant 10000 places supplémentaires, fini Gerland et bonjour OL-Land… L’annonce de la victoire a aussi fait sourire à Lens, Marseille, Nancy, Nice, Paris, Saint-Etienne, Strasbourg et Toulouse. Par contre, on pleure encore du côté de Montpellier, ou même encore de Nantes…

Un des avantages de notre candidature ? Je viens juste de l’écrire : nos stades. Escalettes l’a dit : «Notre atout numéro un, c’est d’offrir à l’UEFA un Euro sans risque, ce qui peut plaire, vu les problèmes vécus pour 2012 avec l’Ukraine». Sans risque parce que nous avons certes des stades à construire, mais nous avons aussi des stades existants ; de quoi parer à toute éventualité, même si ne nous le cachons pas, les projets n’avaient pas attendu la candidature de la France pour se mettre en route, et seront, du coup, certainement terminés bien avant 2016 (2012-2013 ?). Le deuxième avantage ? Certainement l’originalité de notre présentation, avec ce petit garçon. Mais quid de Platini ? Il est certain qu’en Italie et en Turquie, des questions doivent être en train de se poser en même temps que j’écris. Logique : le président de l’UEFA est Français, peut-être a-t-il favorisé le lobbying de la candidature française… Peut-être. Mais les Italiens et les Turques avaient eux aussi des représentants bien placés au sein du comité exécutif de l’UEFA, donc l’impact Platini me semble limité. Ce qui nous a certainement le plus aidé, comme je le disais, ce sont nos stades, et surtout notre expérience de l’organisation des événements sportifs internationaux (qu’on les ait in fine organisés, comme la Coupe du Monde de foot ou celle de rugby, ou non, comme les échecs aux JO). Rassurant, par rapport au 0-expérience de la Turquie…

Alors finalement, on ne peut que se réjouir de cette nouvelle, et ce d’autant plus qu’organiser nous réussit en général plutôt bien (84 et 98 ne diront pas le contraire). 2016, c’est demain. La génération 87, par exemple, sera à l’apogée de sa carrière. Si jamais ils finissent par percer comme il se doit. Idem pour la génération 90. Du coup on peut imaginer une équipe de France emmenée par Nasri, Benzema, Menez, Ben Arfa, Sakho… Comme sélectionneur ? Deschamps peut-être, puisque jamais Laurent Blanc ne fera 6 ans à la tête des Bleus. Bref l’eau a le temps de couler sous les ponts. Une chose est sûre est certaine, la France se doit de se préparer dans le jeu, pour redevenir le favori qu’elle se devra d’être à domicile, et cette préparation commence dès aujourd’hui, avec celle de la Coupe du Monde en Afrique du Sud : faire bien aujourd’hui, pour faire bien demain, voilà ce qu’il faut faire. Histoire que l’on n’ait pas honte d’amener nos enfants au stade (flambant neuf, évidemment) voir l’Equipe de France, et que, pour eux aussi, le gratin du football Européen en France soit un des plus beaux souvenirs de leur vie…

Alex.

Publicités

2 Responses to “L’Euro 2016 se jouera en France”


  1. 1 Félix mai 29, 2010 à 10:52

    Il se murmure que c’est le gosse de 10 ans qui aurait fait pencher la balance, ce qui est aussi impressionnant que flippant (des milliards d’investissement reposeraient uniquement sur la perf d’acteur d’un gamin, pfiou !).

    Je ne sais pas ce que je ferai dans 6 ans, mais une chose est sûre, j’y serai ! Quel bonheur d’abriter une nouvelle compétition, ça donne autant d’espoirs en imaginant les nouveaux stades, que de nostalgie. L’impact de France 98 fut si énorme qu’il n’est pour moi pas si lointain.

    J’ai encore les images du métro parisien relooké aux couleurs des différentes nations, les supporters étrangers croisés dehors, un improbable Japon-Jamaïque (seul match auquel j’avais pu assister) avec des supporters Jamaïquains déchaînés, Roberto Baggio croisé sur les champs bien sûr le bus des bleus sur les mêmes Champs Elysées, où mon père avait la chance de travailler, une vue unique sur une foule en délire pour une journée inoubliable.

    Déjà impatient de revoir tout ça !


  1. 1 Le top 10 des événements de mai 2010 « Prolongations… Rétrolien sur juin 2, 2010 à 11:26

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à Prolongations et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 3 autres abonnés

Les derniers tweets

Prolongations, les archives


%d blogueurs aiment cette page :