Du Trophée des Champions au Triomphe de l’Ennui

Divers - Prolongations

Retour sur le premier match de la saison 2010-2011 en France, match qui voyait s’affronter le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille mercredi soir à Radès en Tunisie.

 

C'est Edouard Cissé qui a transformé le 6ème pénalty donnant la victoire à l'OM hier soir à Radès. (Photo Panoramic)

Au resto hier soir pour cause de repas de famille, je n’ai pas pu regarder le Trophée des Champions 2010 en direct. Je sais, honte à moi. D’autant plus que cette année, la compétition, délocalisée à Radès en banlieue de Tunis, était supposée « envoyer du lourd » comme disent les jeunes : le match opposait l’Olympique de Marseille, champion de France en titre, au Paris Saint-Germain, son rival historique vainqueur, lui, de la Coupe de France. Bref, a priori il fallait s’attendre à un clasico avant l’heure, la Ligue ne reprenant que le 7 août ; au lieu de ça, quelle ne fût pas ma surprise en rentrant à 22h45, voyant que le match allait se jouer aux tirs-au-but… 22h55, l’affaire était pliée par Edouard Cissé, un ancien du club de la capitale, après un  échec de Ludovic Giuly sur le 6ème tir (notons aussi la magnifique panenka ratée de Lucho). Et un trophée de plus pour l’OM, un !

Ayant vu les matchs de préparation de Marseille et de Paris, et à cette occasion les nombreux errements défensifs de ces deux équipes, je me suis dit ces quelques mots : heureusement, il y a le Cube. Le Cube c’est cette belle boite de Canal+, sorte de décodeur-disque dur, qui permet d’enregistrer tout un tas de trucs qui passent à la télé et qu’on ne regardera jamais. Eh bien hier soir, j’avais enregistré PSG-OM, comme ça, au cas où. Et ce matin, comme ça, je me suis décidé à le regarder, histoire d’être consciencieux et de pouvoir vous en parler à vous, chers lecteurs assidus ou néophytes. Plus que consciencieux, j’avais même enregistré l’avant match, soit dit en passant un des plus inintéressants de l’histoire du football, sans aucun doute : Thierry Roland et Jean-Marc Ferreri y ont plus parlé des Ferrero Rochers de l’ambassadeur que de ballon. J’ai même entendu Roland dire « une affiche qui promet énormément » ; avec le recul, ça me fait bien rire… Seuls intérêts de ce quart d’heure passé en accéléré (merci l’enregistrement, je plains ceux qui ont regardé ça en direct), voir que le stade était affreusement vide et apprécier les compositions d’équipes, à commencer par celle du PSG, sans surprise, Kombouaré ayant aligné l’équipe-type (moins Hoarau, suspendu et peut-être en instance de départ pour Schalke 04). Du côté marseillais, en l’absence de Brandao, Niang et Jordan Ayew, Samassa et André Ayew (préféré à Ben Arfa) débutaient le match, tout comme Kaboré, préféré à Cheyrou.

La première remarque que je me suis faite avant le coup d’envoi était donc que ça ne sentait pas très bon cette saison pour Cheyrou et Ben Arfa du côté du Vieux Port, puisque même en l’absence de nombreux titulaires ni l’un ni l’autre ne débutaient la partie, remplacés par Kaboré, qui est quand même selon moi bien plus mauvais (et qui l’a démontré hier soir), et par André Ayew, qui est surcôté du fait de son parcours en Coupe du Monde avec le Ghana, mais qui doit encore tout prouver (et il n’a pas commencer contre Paris). Après, il ne reste plus qu’à dire que globalement le match a été ennuyeux à mourir, au point que j’avançais de 30s toutes les 30s. Dans ce non-match, j’ai trouvé la défense parisienne plus rassurante que lors des matchs amicaux, même s’il faut bien avouer que contenir Samassa (pourtant pas si mauvais sur ce match), même la défense d’Arles-Avignon devrait pouvoir y arriver… Du côté du milieu de terrain, là aussi, pas de souci, et le quatuor aligné par Antoine Kombouaré est bien en place et assez convaincant : même si Nenê a beaucoup été en retrait sur ce match, Sessegnon a bien combiné avec Erding dans la profondeur et Jallet latéralement, et l’entente Bodmer-Makélélé semble bien tenir la baraque. Bon, soyons honnête, il faut quand même nuancer ça avec la performance archi-faible du milieu de terrain marseillais : avec le pressing de Kaboré et la lenteur de Lucho, Maké peut jouer jusqu’à 60 ans sans trop forcer… Par contre, Bodmer est intéressant pour deux raisons : sa taille, qui donne un véritable impact physique au milieu parisien (Clément est moins impressionnant), et surtout sa technique, qui lui permet de se projeter vers l’avant rapidement. Bref, un nouveau Vieira…

En y regardant bien, je ne serai pas surpris que Bodmer et Jallet figurent dans la liste de Laurent Blanc, le 5 août : ils sont prêt, et ont un profil intéressant. Idem, évidemment, pour Hoarau, qui n’a pas joué hier soir, mais aussi pour Sakho, qui a fait un match propre (hormis un attentat sur Lucho qui aurait dû lui valoir un rouge à l’heure de jeu) et qui tient bien la baraque malgré « son jeune âge ». La vraie déception côté parisien reste quand même Nenê, que j’ai trouvé assez en retrait, malgré une bonne fin de match, de quoi contraster avec un Sessegnon au top pour qui le jeu direct en percussion est un vrai paradis… Tout le contraire du secteur défensif marseillais, qui a plusieurs fois dangereusement été pris à dans le dos, y compris par Luyindula heureusement maladroit. Hilton est trop juste et pour un soi-disant libéro sa capacité de couverture et de relance est bien trop limitée. Taiwo, capitaine d’un soir, a bien tenu la baraque à gauche, mais c’est surtout Azpilicueta, le latéral droit espagnol, qui m’a fait bonne impression, notamment via de bonnes combinaisons avec Valbuena : c’est encore perfectible, mais c’est quand même solide ! Gros point noir par contre, Diawara, blessé à la cuisse en fin de première mi-temps manquera le début de championnat…

Passons ensuite sur Kaboré, que j’ai trouvé franchement décevant, pour s’attarder un peu sur Lucho, qui est toujours techniquement sur sa lancée de la fin de saison dernière, mais j’émets toujours une grosse réserve sur ce joueur qui ralentit beaucoup le jeu lorsqu’il ne joue pas en une touche de balle : même s’il perd rarement le ballon, ses prises de balle ne font pas la différence et permettent même aux défenseurs de revenir, comme on a pu le voir plusieurs fois hier soir. A droite, Valbuena a fait du Valbuena et semble bien en jambe, pendant que sur l’aile opposée on n’a pas vu Ayew, pourtant passé dans la presse du statut d’anonyme à celui de génie incontournable depuis la Coupe du Monde. En pointe, Samassa, le mal aimé, a progressé techniquement (quelques dribbles et prises de balles intéressantes) et physiquement (bonne présence au duel et dans la surface) mais est souvent atteint d’Anelkaïte, qui est une maladie qui consiste à descendre chercher les ballons trop bas sur le terrain et qui peut conduire un joueur à se saborder : résultat, le jeu de l’OM a manqué de profondeur et n’a retrouvé du dynamisme qu’avec l’entrée d’Hatem Ben Arfa.

Ben Arfa, on aime ou on n’aime pas, mais on ne peut pas lui enlever son talent : dès son entrée en jeu, on l’a vu dribbler, percuter et frapper sous les olés d’un public totalement acquis à sa cause. Son premier ballon a été à deux doigts d’être décisif et de permettre à Lucho d’ouvrir le score… Ce joueur est un véritable dynamiteur. Pour être honnête, je ne crois pas qu’il soit capable de jouer 90 minutes de haut niveau dans un grand club et ce, tous les 3 jours. Il reste donc une option : arrêtons de le voir comme un Cristiano Ronaldo français et aidons-le à devenir un véritable Joker capable de faire exploser une défense dans la dernière demi-heure ! Quand on voit ce qu’il peut apporter et son niveau technique bien au-dessus de la moyenne, il faut vraiment tenter de préserver et de peaufiner ce talent en arrêtant de croire que l’on fera changer ce joueur qui n’a pas évolué depuis 2 saisons…

Au final donc, je me suis ennuyé et je ne pense pas avoir été le seul, malgré 6-7 dernières minutes plus débridées. Qu’on arrête de nous parler du « Trophée des Champions » : ce match tient plus du match amical de gala destiné à promouvoir le football français à l’étranger, que d’un match de compétition. On s’en fout, on s’en foutra encore l’année prochaine et les années à venir, le tout étant de ne jamais s’attendre à un grand match (à 10 jours de la reprise de la Ligue 1, faut pas déconner) afin de ne pas être déçu….

Alex.

PS : Ce soir je vais essayer de suivre la Coupe d’Europe, Györ-MHSC. A suivre (peut-être)…

Publicités

0 Responses to “Du Trophée des Champions au Triomphe de l’Ennui”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à Prolongations et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 3 autres abonnés

Les derniers tweets

Articles les plus consultés

Prolongations, les archives


%d blogueurs aiment cette page :