Marseille lanterne rouge…

Ligue 1 - Prolongations

Le titre est racoleur mais bien vrai : à l’issue des 5 matchs de Ligue 1 disputés ce soir, l’Olympique de Marseille est bon dernier du championnat, avec deux défaites en deux rencontres. Retour sur les matchs du jour.

 

Mamadou Niang, le capitaine marseillais, aura encore été très moyen pour ce qui était son dernier match sous le maillot phocéen. (Photo Panoramic)

Maintenant que j’ai sagement (et consciencieusement) attendu la fin de Jour de Foot, je peux enfin vous parler, et surtout vous débriefer, la 2ème journée de Ligue 1, qui s’est disputée aujourd’hui. Alors déjà, il y a déjà un match que l’on peut évacuer en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, c’est Monaco-Montpellier, qui devait se disputer à 19h au Stade Louis II. Oui, j’ai bien écrit « devait » car le match a intelligemment été reporté à une date ultérieure par les officiels de la Ligue, qui n’avaient pu que constater que la pelouse était gorgée d’eau au point que les ballons ne pouvaient même plus rebondir. Aussi bizarre que cela puisse paraître, les pluies qui se sont abattues sur cette partie de la côte durant tout l’après-midi avaient rendu le terrain totalement impraticable et alors que l’on pensait que le match serait reporté à dimanche après-midi, il a fallu, faute de logement pour les joueurs montpelliérains (ils auraient quand même pu aller dormir chez les joueurs monégasques non ?), se résoudre à trouver une date plus tard dans le calendrier. C’est la seconde fois que Monaco-MHSC est déplacé, puisque la saison passée, une épidémie de grippe A, qui touchait notamment le défenseur Emir Spahic, avaient empêché les deux équipes de s’affronter.

A la différence de Jour de Foot, qui garde toujours le meilleur pour la fin (et qui essaie surtout de maintenir le supporter marseillais ou parisien devant son poste jusqu’au dernier moment), je vais parler de VA-OM en premier, tout simplement parce que j’y ai vu beaucoup de choses intéressantes. En premier lieu, j’ai vu Bong qui aurait dû être expulsé pour un coup de pied sauté sur Valbuena, et en plein dans le cou s’il vous plait. Alors OK, Valbuena est petit et tout le tralala, mais sur n’importe quel joueur la faute aurait été dangereuse, voire très dangereuse, même s’il elle n’avait été « que » dans la poitrine… Je ne comprends donc pas la décision de M. Moreira de ne lui donner qu’un carton jaune, d’autant plus qu’à ma connaissance aucune règle ne dit : on est au début du match, si on lui colle un rouge ça va tuer la partie (demandez à N’Diaye de Nancy, expulsé ce soir à la 13ème minute). Et ce non-rouge est d’autant plus important que les 3 buts inscrits par VA, l’ont été à partir du côté gauche, avec bien souvent ce même Bong au départ de l’action. Ironie du sort. Ensuite, j’ai vu un Niang auteur d’un match plus que moyen (je n’oserai dire mauvais) pour la deuxième semaine d’affilée (mais rassurez-vous amis marseillais, il ne sera plus là la semaine prochaine) : des choix bizarres, des gestes techniques douteux, une finition lamentable et surtout, une belle glissade, à la limite du comique (ou du fair-play, Kadir était blessé à ce moment-là). Ensuite, j’ai vu une défense marseillaise encore une fois catastrophique. Pas tant sur le premier but de Danic, OK. Mais le second, inscrit par Pujol… Où est Heinze ? Loin derrière Pujol. Où est Mandanda ? Partie à la pêche aux moules (deuxième boulette en deux matchs, balèze). Et le 3ème but n’est pas mieux, puisque Pujol (encore lui) est totalement oublié par Heinze (dans son dos) et par Taiwo. Sans compter Azipilicueta, dépassé. Du coup il peut inscrire un doublé (oui, Pujol a inscrit un doublé) dans le but quasi-vide. Facile… Et inquiétant pour l’OM !

Ensuite, il y a eu la réduction du score des Marseillais, qui étaient alors menés 3-0. Faute indiscutable de Penneteau, pénalty, transformé sans faiblir par Taiwo, promu capitaine après la sortie de Mamadou Niang. Et puis il y a eu le but d’Ayew. Ou plutôt celui de Ducourtioux contre son camp (paris sportifs obligent), puisque le Valenciennois a contré la frappe puissante du Ghanéen. Deux buts consécutifs à des coups de pieds arrêtés, rien dans le jeu (ou alors ça a été avorté par Niang en première mi-temps). Bref, l’OM a poussé, mais l’OM a encore perdu, et avec deux défaites au compteur en deux journées, le bilan n’est pas terrible. Si l’on ajoute à ça le départ de Niang, la blessure de M’Bia, l’affaire Ben Arfa (que j’appelle affectueusement le Benarfagate), et la future ex-arrivée de Luis Fabiano, l’homme qui n’a marqué qu’une fois plus de 15 buts sur une saison en Europe (tu parles d’une affaire), les choses ne tournent pas trop rond du côté de la Cannebière, et il  est vraiment temps de régler les problèmes et de passer à autre chose, et cela passe par gagner des matchs (tout un programme).

Continuons à parler des équipes du Sud, avec Arles-Avignon qui recevait le RC Lens à Avignon, pour un duel entre battus de la première journée. Soyons franc, l’ACAA est mon favori pour la descente en Ligue 2 à l’issue de la saison, et ils ne me font pas mentir, même si l’on n’est encore qu’au début du championnat, puisqu’ils se sont encore inclinés ce soir, sur un but de Poullet de la tête sur son premier ballon. Le problème des Provençaux est double. D’une part, ils se créent des occasions devant mais ne concrétisent pas (voir mon ami Dja Djédjé, Ayasse ou le baroudeur Kermorgant). D’autre part, leur défense est incroyablement faible. Mejia a joué au Real Madrid (48 apparitions en 4 saisons), OK, mais le type c’était pas Zizou, sinon il ne jouerait pas dans le Vaucluse à 28 ans (et qu’on ne me parle pas du pénalty oublié sur lui, il n’y avait strictement rien). Erbate est trop lent. Piocelle n’est pas encore au top niveau (il n’y a qu’à voir certaines de ses relances). Laurenti, capitaine la semaine passée, est déjà remplacé par le prometteur lyonnais Abenzoar, mais ça ne suffit pas. Tout cela manque d’automatismes, comme tout le reste de l’équipe, puisque 9 des 11 titulaires jouaient leur premier match à domicile pour Arles-Avignon. Bref, pour voir tout ça gagner, il faudra repasser…

Remontons un peu, et passons à Saint-Etienne, qui recevait Sochaux dans un match… bizarre ! 6ème minute, Payet se démène, Ebondo hérite du ballon et centre aux 5,5m pour Sanogo (très bon déplacement et très bon appel) qui marque. Et non, en fait il s’agit d’un CSC de Sauget, pressée par l’attaquant stéphanois, mais qu’importe, les Verts mènent, et c’est là l’essentiel. Malgré des efforts de Sako (meilleur qu’avec les espoirs) et Payet, il faudra ensuite attendre la seconde période pour voir le score à nouveau évoluer, puisque les locaux vont passer à la vitesse supérieure et même mener 3-0 suite à un doublé de leur capitaine Loïc Perrin autour de l’heure de jeu (une belle double tête et un but de renard sur une remise de la tête de Monsoreau). Mais à Saint-Etienne, mener 3-0 ne suffit pas, puisque toutes les erreurs sont possibles. A commencer par les erreurs d’attention, et en 2 minutes, le doute va s’immiscer à nouveau dans les têtes des Verts. 65ème minute, Boudabouz à 35m place une frappe flottante incroyable qui va se loger sous la barre de Jéremy Janot. Dans mon top 3 des buts de ce soir, facile. 66ème minute, sur le coup d’envoi, Butin déborde côté gauche et centre en retrait pour Marvin Martin, déjà auteur d’un début de partie intéressant (avec notamment une frappe et un coup franc de toute beauté). 3-2. Sereins, les Stéphanois, sereins… Ensuite on aura frôlé le chaos d’un côté (notamment par Rivère) et l’égalisation de l’autre (Bakambu doit s’en vouloir, tirer au-dessus seul à 2m des buts). Match à suspense, entre deux équipes qui pourraient avoir du mal cette saison si elles ne font pas plus attention en défense…

Dans les deux rencontres événements sur pelouses synthétiques, Nice s’est imposé à Lorient 2-1, sans (trop) jouer. Les Merlus, qui enregistraient le retour de Gameiro et qui n’ont pas tardé à le voir en action, avaient pourtant ouvert le score par l’excellent Yann Jouffre, déjà très bon la semaine passée, d’une frappe du gauche détournée qui trompait Ospina, mais c’était sans compter sur le froid réalisme des visiteurs, qui égalisaient dans la foulée (1 minute plus tard exactement) sur un corner catapulté au fond des filets de Capone (pas terrible) par un tête de Gacé, le seul qui semble concerné par le jeu.  Romao, Gacé, Diarra et Gameiron tenteront bien ensuite de faire sauter le verrou des Niçois, mais sans jamais y parvenir, et ce sont même les visiteurs qui vont porter le coup de grâce par Rémy à la 70ème minute, sur un coup franc remis par Mouloungui (oui, il sait faire ça). Certainement le dernier but de l’international français sous les couleurs du Gym (j’adore, on avait dit pareil la semaine dernière pour son « dernier match »)… De l’autre côté de la France, Nancy a pris le bouillon face à Rennes et l’insaisissable Victor Hugo Montaño (VHM pour les intimes), à qui il n’aura fallu que 13 minutes pour faire expulser N’Diaye pour l’avoir retenu alors qu’il partait seul au but. Encore meilleur que la saison passée avec Montpellier, le Colombien y est allé de son petit but (50ème) après avoir beaucoup tenté et beaucoup remué. C’est même lui qui va offrir le deuxième but à Brahimi (bon OK, il faut quand même le mettre mais bon, ça fait passe décisive quand même), lui aussi dans mon top 3 de ce soir. Finalement, sur un contre d’école lancé par M’Vila et Leroy et après que le ballon a parcouru 80m, c’est Bangoura qui crucifie Bracigliano (hop, entre les jambes) pour le 3-0. Veni, vedi, vici.

Enfin dans le dernier match, Brest recevait Auxerre au stade Francis Le Blé qui attendait la Ligue 1 depuis 19 ans, et qui n’aura pourtant pas vu la victoire (et ça n’aura pas été faute d’avoir essayé), puisque Pedretti aura égalisé en fin de match sur un magnifique corner direct (où es-tu Steve Elana ?), qui entre lui aussi dans mon top 3 du soir, sans problème. C’étaient pourtant les blancs et rouges qui avaient ouvert le score via leur attaquant Nolan Roux, auteur (malgré son prénom) de 15 buts en Ligue 2 la saison passée, et qui a donc ouvert son compteur ce soir, d’une belle tête au second poteau, qui me permet, soit dit en passant, de souligner la faiblesse de la défense centrale auxerroise sur les deux derniers matchs : Grichting et Coulibaly, si bons la saison dernière, ne semblent pas encore dans le bain, et visiblement les attaquants adverses en profitent (où es-tu Grichting sur le but de Roux ?). Si l’on ajoute à ça que Jelen et Le Tallec ne sont pas non plus à 100% dans leur assiette, il ne reste (presque) que Pedretti et Sorin qui sont vraiment au taquet avant de se déplacer au Zenith mercredi pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Pas évident…

A demain,  

Alex.

Publicités

1 Response to “Marseille lanterne rouge…”


  1. 1 infoseb août 15, 2010 à 8:58

    Pour trouver un champion de France en titre en aussi mauvaise posture après deux rencontres, il faut remonter neuf ans en arrière et à la saison 2001-2002 avec le FC Nantes.

    Les nantais avaient alors fini le championnat en dixième position !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à Prolongations et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 3 autres abonnés

Les derniers tweets

Articles les plus consultés

Prolongations, les archives


%d blogueurs aiment cette page :